01 77 38 06 65/ 01 74 34 14 80 contact@isupcompta.fr

Depuis le 30 octobre 2020, dans le contexte de la deuxième période de confinement, les étudiants français sont contraints de suivre un enseignement à distance. Certains étudiants parviennent très facilement à s’adapter à cette nouvelle situation et apprécient les cours à distance, alors que d’autres étudiants se sentent déstabilisés et éprouvent d’importantes difficultés à intégrer les programmes les préparant à leurs diplômes.

Cette situation donne lieu à des réactions contrastées, associant éloge de la capacité d’adaptation des universités et critique du maintien de ce mode d’enseignement. La formation à distance est une méthode d’enseignement très efficace mais elle doit respecter certaines conditions.

Saviez-vous que l’enseignement à distance existait depuis trois siècles ? En effet, c’est Mr Caleb Phillips qui, le premier, a proposé des cours par correspondance aux Etats-Unis à travers des petites annonces publiées dans la Boston Gazette.

En France, c’est l’institut privé Eyrolles qui a commencé en 1877 à fournir une formation à distance. Le développement industriel exige du personnel mieux formé et l’enseignement à distance fournit l’outil idéal pour se perfectionner.

Une recherche  a été lancée par des enseignants-chercheurs, spécialistes des questions du numérique éducatif, qui se sont intéressés aux conditions de formation des étudiants durant cette période d’enseignement à distance lié au Covid-19.

Les résultats ont été obtenus à partir de la diffusion d’un questionnaire qui a permis d’obtenir 11516 réponses. Ce questionnaire a été diffusé à partir du 2 décembre 2020 et clôturé le 11 février 2021 à tous les étudiants en France en vue de comprendre comment ils et elles s’efforcent d’organiser leur travail à distance pour répondre aux demandes de leurs enseignants et aux exigences de leur formation universitaire.

Les enseignants ont constaté que différents étudiants de master ayant perdu leur « job » se déclaraient en difficulté pour poursuivre leur formation, d’autres ont raconté être retournés vivre chez leurs parents. D’autres encore signalaient souffrir d’isolement mais une minorité, souvent en reconversion, en alternance, plus âgée, et/ou loin du lieu de formation, y voyait certains avantages.

 

74,6 % des étudiants interrogés suivent la totalité de leurs enseignements à distance. Pour 95,2 % d’entre eux, les cours se font sous forme de visioconférences, à suivre en direct de manière synchrone. Ils sont 75,3 % à se dire assidus.

Sensation d’isolement

D’un point de vue matériel, 51,1 % des étudiants considèrent leurs conditions acceptables pour suivre les enseignements à distance mais 9 % se déclarent dans une situation précaire. Les difficultés rencontrées pendant cette période concernent majoritairement l’organisation de leur travail personnel, la compréhension des contenus des cours et le manque d’interactions avec les autres étudiants (50,2 %).

En effet, les étudiants estiment, pour 54,9 % d’entre eux, que le temps de travail personnel a augmenté pendant cette période. Avant le passage à l’enseignement à distance, 66 % des étudiants interrogés estimaient que le suivi des cours leur prenait le plus de temps, à présent 70,5 % d’entre eux estiment que c’est le travail personnel qui leur prend plus de temps.

Par ailleurs, la majorité des étudiants soulève le problème du manque d’interactions avec les autres étudiants et leurs enseignants ainsi qu’un sentiment d’isolement. 74,5 % des étudiants estiment en effet avoir beaucoup moins d’interactions pendant les cours avec les autres étudiants que lorsqu’ils suivaient leurs études en présentiel.

On peut ainsi noter que 56,9 % disent ne pas participer à du travail de groupe ou ne pas s’organiser avec leurs camarades pour travailler ensemble en dehors des cours. Par conséquent, 61,2 % d’entre eux ont le sentiment que l’enseignement à distance diminue les échanges entre étudiants. Ce sentiment est d’autant plus vrai chez les néo-bacheliers inscrits en première année d’étude supérieure : 71,2 % de ces nouveaux étudiants se sentent isolés.

Enfin, 68,7 % des étudiants disent être beaucoup moins en interaction avec leurs enseignants.

 

Nous voyons que ces difficultés sont dues principalement au fait que l’enseignement traditionnel en présentiel n’a pas été conçu pour être délivré à distance. En effet, les travaux de groupe qui permettent de développer les interactions sociales entre les étudiants ont été restreints et peu de solutions leur sont proposées pour organiser des projets communs à distance.

Chez Isupcompta, les étudiants disposent d’une plateforme collaborative permettant à des équipes d’étudiants de travailler en collaboration en temps réel, comme s’ils se trouvaient en salle de réunion ensemble. La distance n’est plus une barrière, mais une méthode agile pour travailler ensemble à son rythme.

 

Difficultés d’organisation

Le contexte de l’enseignement à distance en cette période semble également avoir un impact sur le ressenti des étudiants quant à leur diplôme ou à la poursuite de leurs études. 71 % se trouvent moins efficaces en contexte d’enseignement à distance par rapport au présentiel.

Ainsi, 57,5 % des étudiants interrogés pensent que le contexte de crise sanitaire et ses contraintes perturbent leur capacité à poursuivre leurs études.

 

Chez Isupcompta, les enseignants qui assurent les cours sont formés à l’enseignement à distance : les cours sont conçus de manière dynamique afin que les étudiants restent concentrés sur la matière. Les apprentissages théoriques sont ponctués d’exercices pratiques afin de maintenir l’attention des étudiants à un niveau élevé. Les étudiants ne sont jamais seuls. Les enseignants suivent de près leurs acquis au fur et à mesure de leur emploi du temps.

 

Les premières tendances de l’enquête que nous avons abordée à travers les réponses des étudiants concernés laissent donc à penser que l’enseignement à distance, tel qu’il est mis en place, est vécu comme une situation majoritairement pesante. Or, lorsqu’on choisit une école qui a conçu toute sa pédagogie vers l’acquisition des connaissances à distance, la situation est inversée : les étudiants gagnent du temps précieux qu’ils auraient passé dans les transports, ils sont plus efficaces durant les sessions de travail en groupe parce qu’ils travaillent à leur rythme de manière concentrée, tout en partageant en temps réel leurs avancées, les cours sont mieux assimilés car créés spécifiquement pour capter leur attention.

 

N’hésitez plus, faites une demande pour recevoir de plus amples renseignements sur l’école de comptabilité nouvelle génération Isupcomta!